La guérison

guerir

Une blessure est une lésion venant de causes extérieurs, physique ou psychique, faite involontairement ou dans l’intention de nuire.

Quelques synonymes: atteinte, brûlure, contusion, douleur, plaie, égratignure, humiliation, morsure, sévices, traumatisme, balafre, choc, coup, ecchymose, entaille, injure, offense, souffrance, vexation, bosse, commotion, coupure, écorchure, éraflure, lésion, trauma.

Les différentes causes de nos maux intérieurs 

Notre personnalité. Elle est le résultat de plusieurs facteurs en fonction de notre vécu :

* le facteur héréditaire. Nous tenons de nos ancêtres un ensemble de données contenues dans nos gènes…C’est l’héritage  » génétique  » qui se manifeste avec des points forts et des points faibles sur le plan psychologique et physique…Des traits de caractère, des forces ou des faiblesses organiques, etc…
* Les conditions de la vie…enfance, jeunesse, adulte…Les circonstances bonnes et mauvaises qui nous ont marqués, blessés moralement, sensibilisés. Certains sont comme des écorchés vifs…
* La rancœur ou rancune, la difficulté à pardonner, à oublier le mal qu’on a subi.

Les personnes malveillantes. Il existe malheureusement dans le cadre des relations humaines des échanges de paroles ou des comportements blessants.

Les remèdes ou le chemin de la guérison intérieure 

Dieu rétabli, restaure, notre être intérieur par l’action du Saint-Esprit. Psaumes 147:3 « Il guérit ceux qui ont le cœur brisé, Et il panse leurs blessures. » Mais il y a un parcours spirituel  tracé par les Ecritures pour une restauration spirituelle de notre être intérieur.

L’examen de soi: Il s’agit de se tenir devant Dieu, en toute sincérité afin de déterminer les causes de nos souffrances morales, afin d’y apporter le remède adapté.  Il y a pour cela deux choses indispensables :

– La Bible, la Parole écrite de Dieu, dont nous écouterons le jugement, les instructions, les conseils
– Le Saint-Esprit que nous laisserons parler à notre cœur afin de suivre ses inspirations.

La prière : Il y a dans la Bible un récit concernant à la fois la tendresse de Dieu et la méprise des hommes. C’est celui qui relate la façon dont Anne la mère de Samuel a surmonté son amertume et retrouvé la paix en même temps que la bénédiction divine. 1 Samuel 1:15-18 « Comme elle restait longtemps en prière devant l’Eternel, Eli observa sa bouche. Anne parlait dans son cœur, et ne faisait que remuer les lèvres, mais on n’entendait point sa voix. Eli pensa qu’elle était ivre, et il lui dit : Jusques à quand seras tu dans l’ivresse ? Fais passer ton vin. Anne répondit : Non, mon seigneur, je suis une femme qui souffre en son cœur, et je n’ai bu ni vin ni boisson enivrante ; mais je répandais mon âme devant l’Eternel. Ne prends pas ta servante pour une femme pervertie, car c’est l’excès de ma douleur et de mon chagrin qui m’a fait parler jusqu’à présent. Eli reprit la parole, et dit : Va en paix, et que le Dieu d’Israël exauce la prière que tu lui as adressée ! Elle dit : Que ta servante trouve grâce à tes yeux ! Et cette femme s’en alla. Elle mangea, et son visage ne fut plus le même. »

– La parole de Dieu, ses promesses. Psaumes 19:7: « La loi de l’Éternel est parfaite, elle restaure l’âme. » Dieu promet de nous secourir :
Esaïe 58:11 L’Éternel sera toujours ton guide, Il rassasiera ton âme dans les lieux arides, Et il redonnera de la vigueur à tes membres; Tu seras comme un jardin arrosé, Comme une source dont les eaux ne tarissent pas.
Ezéchiel 34:16 Je chercherai celle qui était perdue, je ramènerai celle qui était égarée, je panserai celle qui est blessée, et je fortifierai celle qui est malade
Jérémie 31:25 Car je rafraîchirai l’âme altérée, Et je rassasierai toute âme languissante.

– La confiance en Dieu : Il est important de se souvenir de la fidélité du Seigneur pour retrouver la paix.

– La recherche de la présence du Seigneur Jésus, la communion avec lui: Ils ne s’apitoyaient pas constamment sur leur sort, mais ils empruntaient un chemin de restauration qui les conduisait dans la présence de Dieu. Comme le disait David :
Psaume 62:3-8 « Oui, mon âme, confie–toi en Dieu ! Car de lui vient mon espérance. Oui, c’est lui qui est mon rocher et mon salut ; Ma haute retraite : je ne chancellerai pas. Sur Dieu reposent mon salut et ma gloire ; Le rocher de ma force, mon refuge, est en Dieu. En tout temps, peuples, confiez–vous en lui, Répandez vos cœurs en sa présence ! Dieu est notre refuge. »

– Le Saint-Esprit : l’autre consolateur … une huile de joie. L’huile en onction était autrefois souvent utilisée pour soulager les traumatismes à cause de sa douceur et sa pénétration. Ce n’est pas pour rien qu’elle est le symbole du Saint-Esprit.

– Les amis fidèles : Cherchez des amis fidèles que vous connaissez bien, en qui vous avez pleinement confiance et passez du temps auprès d’eux, mais rappelez vous : ce ne sont que des humains! Proverbes 17:17 « L’ami aime en tout temps, Et dans le malheur il se montre un frère. »

– La foi exprimée : Proclamez vous à vous-même la parole de Dieu.

– La louange : Pensez à rendre grâces, à remercier dieu pour ses bontés, pour sa fidélité. Efforcez vous de vous rappeler ses bénédictions et soyez reconnaissants.

Psaume 103 « Mon âme, bénis l’Eternel, Et n’oublie aucun de ses bienfaits !
C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, Qui guérit toutes tes maladies ;
C’est lui qui délivre ta vie de la fosse, Qui te couronne de bonté et de miséricorde ;
C’est lui qui rassasie de biens ta vieillesse, Qui te fait rajeunir comme l’aigle.
L’Eternel fait justice, Il fait droit à tous les opprimés. »

– La bonté, la miséricorde, le pardon : Soyez bon, miséricordieux, pardonnez et ne maudissez pas … C’est ce que Jésus enseigne dans Matthieu 5:44-48 « Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez–vous ? Les publicains aussi n’agissent–ils pas de même ? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites–vous d’extraordinaire ? Les païens aussi n’agissent–ils pas de même ? Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. »

 

À retenir:
Ce qui est blessé peut être guéri..
Même si le ciel s’obscurcit, le soleil finira par briller à nouveau.

 

Poster un commentaire

Enregistrer votre inscription